Figures Africaines

Léopold Sédar Senghor

IMG_7519

Né à Joal, au Sénégal, le 9 octobre 1906, Léopold Sédar Senghor fait ses études à la mission catholique de Ngasobil, au collège Libermann et au cours d’enseignement secondaire de Dakar, puis, à Paris, au lycée Louis-le-Grand et à la Sorbonne. Il est reçu à l’agrégation de grammaire en 1935.

Tout en enseignant les lettres et la grammaire au lycée Descartes à Tours (1935-1938), il suit les cours de linguistique négro-africaine de Lilias Homburger à l’École pratique des hautes études et ceux de Paul Rivet, de Marcel Mauss et de Marcel Cohen à l’Institut d’ethnologie de Paris. Nommé professeur au lycée Marcellin Berthelot de Saint-Maur-des-Fossés en 1938, il est mobilisé en 1939 et fait prisonnier en juin 1940. Réformé pour maladie en janvier 1942, il participe à la Résistance dans le Front national universitaire. De 1944 jusqu’à l’indépendance du Sénégal, il occupe la chaire de langues et civilisation négro-africaines à l’École nationale de la France d’outre-mer.

L’année 1945 marque le début de sa carrière politique. Élu député du Sénégal, il est, par la suite, constamment réélu (1946, 1951, 1956). Membre de l’assemblée consultative du Conseil de l’Europe, il est, en outre, plusieurs fois délégué de la France à la conférence de l’UNESCO et à l’assemblée générale de l’ONU. Secrétaire d’État à la présidence du Conseil (cabinet Edgar Faure : 23 février 1955 – 24 janvier 1956), il devient maire de Thiès au Sénégal, en novembre 1956. Ministre-conseiller du gouvernement de la République française en juillet 1959, il est élu premier Président de la République du Sénégal, le 5 septembre 1960. Ses activités culturelles sont constantes : en 1966, se tient, à Dakar, le 1er Festival mondial des arts nègres. Réélu Président de la République en 1963, 1968, 1973, 1978, il se démet de ses fonctions le 31 décembre 1980.

Léopold Sédar Senghor est médaille d’or de la langue française ; grand prix international de poésie de la Société des poètes et artistes de France et de langue française (1963) ; médaille d’or du mérite poétique du prix international Dag Hammarskjoeld (1965) ; grand prix littéraire international Rouge et Vert (1966) ; prix de la Paix des libraires allemands (1968) ; prix littéraire de l’Académie internationale des arts et lettres de Rome (1969) ; grand prix international de poésie de la Biennale de Knokke-le-Zoute (1970) ; prix Guillaume Apollinaire (1974) ; prince en poésie 1977, décerné par l’association littéraire française L’Amitié par le livre ; prix Cino del Duca (1978) ; prix international du livre, attribué par le Comité international du livre (Communauté mondiale du livre, UNESCO, 1979) ; Prix pour ses activités culturelles en Afrique et ses œuvres pour la paix, décerné par le président Sadate (1980) ; médaille d’or de la CISAC (Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs) ; premier prix mondial Aasan ; prix Alfred de Vigny (1981) ; prix Athénaï, à Athènes (1985) ; prix international du Lion d’or, à Venise (1986) ; prix Louise Michel, à Paris (1986) ; prix du Mont-Saint-Michel, aux Rencontres poétiques de Bretagne (1986) ; prix Intercultura, à Rome (1987).

Il est docteur honoris causa de trente-sept universités, dont Paris-Sorbonne, Strasbourg, Louvain, Bordeaux, Harvard, Ifé, Oxford, Vienne, Montréal, Francfort, Yale, Meiji, Nancy, Bahia et Evora.

Il est membre correspondant de l’Académie bavaroise (1961) ; membre associé (étranger) de l’Académie des sciences morales et politiques (1969) ; membre (étranger) de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux ; membre (étranger) de l’Académie des sciences d’outre-mer (1971) ; membre (étranger) de The Black Academy of Arts and Letters (1973) ; membre (étranger) de l’Académie Mallarmé (1976) ; membre (étranger) de l’Académie du royaume du Maroc (1980).

Il est élu à l’Académie française, le 2 juin 1983, au fauteuil du duc de Lévis-Mirepoix (16e fauteuil).

Mort le 20 décembre 2001.

Signature de Léopold Sédar Senghor
Œuvres
1945Chants d’ombre – poèmes
1947Les plus beaux écrits de l’Union française – en collaboration (La Colombe)
1948Hosties noires – poèmes
1948Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, précédée de Orphée noir par Jean-Paul Sartre (PUF)
1949Chants pour Naëtt
1953La Belle Histoire de Leuk-le-Lièvre – en collaboration (Hachette)
1956Ethiopiques
1961Nocturnes – poèmes
1962Pierre Teilhard de Chardin et la Politique africaine
1964Liberté 1 : Négritude et Humanisme, discours, conférences
1971Liberté 2 : Nation et Voie africaine du Socialisme, discours, conférences
1973Lettres d’hivernage – poèmes
1977Liberté 3 : Négritude et Civilisation de l’Universel, discours, conférences
1979Élégies majeures – poèmes
1980La Poésie de l’action – dialogue (Stock)
1983Liberté 4 : Socialisme et Planification, discours, conférences
1986Black Ladies, photos Ommer Uwe (Jaguar)
1988Ce que je crois : Négritude, francité, et civilisation de l’universel (Grasset)
1990Œuvre poétique
1992Liberté 5 : Le dialogue des cultures
Discours et travaux académiques
Discours de réception à l’Académie des sciences morales et politiques, le 16 décembre 1969

L’Eurafrique et la Politique de l’échange. Communication à l’Académie des sciences morales et politiques, le 30 octobre 1973

La Culture africaine. Communication à l’Académie des sciences morales et politiques, le 26 septembre 1983

Discours de réception de Léopold Sédar Senghor, le 29 mars 1984

Discours prononcé lors la réception solennelle de l’Académie du Royaume du Maroc, le 11 juin 1987

Discours prononcé pour le cinquantième anniversaire de la Faculté des lettres de l’Université Laval, à Québec, le 5 septembre 1987

L’enseignement du français, le 25 octobre 1988

Discours prononcé lors de la séance solennelle d’ouverture de la session de l’Académie du Royaume du Maroc, à l’UNESCO, à Paris, le 5 juin 1989

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, Académie du Royaume du Maroc, Madrid, le 11 décembre 1989

Forum culturel afro-arabe d’Asilah, sur l’œuvre politique et culturelle de Léopold Sédar Senghor, le 13 août 1990

L’Égypte-Mère, discours prononcé lors de la séance solennelle d’ouverture de l’inauguration de l’Université internationale de Langue française au service du développement africain, à Alexandrie d’Égypte, le 4 novembre 1990

Mot attribué lors de l’installation

Laissez un commentaire

0

Your Cart