Figures Africaines

Première réunion de gouverneurs organisée par le Minatd

Mintad

Assise des 10 gouverneurs de chaque région en vue de l’organisation de l’élection présidentielle du 7 Octobre 2018

 

Le Cameroun est traversé par un changement électoral crucial, de cette fait, il subit graduellement une transformation méthodique de son mécanique électoral. En effet, il s’agit d’organiser une élection présidentielle libre qui va réunira 9 candidats promus parmi lesquels l’actuel chef de l’État son excellence Paul Biya. Sur ces entrefaites, une première assise des 10 gouverneurs de chaque région du Cameroun à été commise le 10 et le 11 septembre 2018, à l’hôtel de ville de Yaoundé. Cette initiative a été organisée par le Minatd (ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation) et dirigée par monsieur le ministre Atanga Nji. Organisé sous le thème suivant : « Autorités administratives et sécurisation du processus électoral », les 10 gouverneurs convoqués avaient pour rôle de prendre des mesures appropriées afin que le scrutin présidentiel se tienne dans une environnement sécurisé. Durant le discours d’ouverture, le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation évoquera l’implication du chef de l’État dans ce processus sécuritaire en citant le discours à la nation du 31 Décembre 2017 ou il cite :  » 2018 sera une importante année électorale. Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité « . Le Cameroun qui traverse momentanément une crise identitaire dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest qui se voit valablement prendre des mesures de sécurité drastiques en associant les FDS (forces de défense et de sécurité). Le gouverneurs de la région de l’Extrême-Nord quant à lui a affirmé que les populations de sa région seraient protégés des affres de la secte Boko-Haram et à même affirmé face aux journalistes présents que les attaques avaient diminuées avec l’aide et la collaboration des populations environnantes. Le ministre Atanga Nji a globalement imploré et invité les candidats à ce scrutin présidentiel à bien vouloir faire parvenir aux gouverneurs, préfets et sous-préfets des régions du Nord-Ouest et su Sud+Ouest, de bien vouloir présenter le calendrier précis de leurs descentes sur le terrain. Il continuera en ces termes lors de son allocution : « alors que l’éradication de la secte terroriste Boko-Haram connaît des avances significatives, des terroristes qui ne sont qu’une infime minorité se réclamant d’un mouvement sécessionniste tentent désespérément de perturber la quiétude des populations dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ». Intertitre : Un regroupement nécessaire à la bonne organisation du scrutin présidentiel Durant les deux jours de travail organisé par le Minatd, les rapports de chaque gouverneur ont été proposés et remis et ceux-ci, ont tous stipulés que les élections se tiendrons dans un environnement apaisé, de manière à servir sur toute l’étendue du territoire. Il a été évoqué de manière succincte que les prérogatives à éviter lors de ce scrutin présidentiel tels que : les langages de haine, la désinformation et tout ce qui ne cadre pas avec un comportement électoral responsable. Cet état des choses sera accentué parce-que les élections ont besoin de suivre un programme politique, car ils n’ont pas besoin des invectives, des calomnies ou des injures. Sachant que le point focal de cette première assise de 2018 est basée sur l’élection présidentielle, le message reste clair, celui de l’application de l’article 43, alinéa 7 du code électoral (Atanga Nji : « les administrations apportent leur collaboration et leur appui à Elecam dans le cadre de l’exécution des missions qui lui sont assignées), qui plaide pour en faveur de la loi stipulant que l’administration se doit d’appuyer Elecam (Elections Cameroon). Affichant ainsi cette obligation visant à protéger et à sécuriser le matériel électoral d’Elecam, en initiant parallèlement les acteurs politiques à avoir un langage responsable en public, dans les médias et dans toute autre forme de communication. Le chef de l’État à volontairement instruit les dix gouverneurs à assurer les protections de tout les candidats qui vont se déployer sur le terrain. Après cette importante première assise, les autorités administratives devraient répondre à toutes les sollicitations de Elections Cameroon avant, pendant et après le scrutin présidentiel du 7 Octobre 2018.

Laissez un commentaire

1

Your Cart